chargement En cours...


Cher(e)s Ami(e)s,

voici ci-après le compte-rendu rédigé par Lucie et Véronique Newar concernant leur séjour au Népal ...

 

Mardi 06 février

Phinjo nous a fixé rendez vous à 5h10 à l'hôtel Utse. Nous réveillons le chauffeur d'un taxi, garé par chance en face de l'hôtel, et en route pour Ratna Bus Park où nous finissons, non sans mal, par trouver le bus pour Jiri. Nous sommes dans les 1ers à nous installer puis le bus se remplit.

Départ à 6h, mais le bus s'arrête à tout va pour prendre de nouveaux passagers ; le contrôleur brave le froid matinal à la porte ouverte du bus, pour racoler les potentiels voyageurs.

ViewView

Au bout de 8h45 de trajet sur des routes souvent défoncées, en travaux (suite notamment aux dégâts du tremblement de terre de 2015), - masques filtrants obligatoires ! -, dans un bus parfois bondé, et après un arrêt inopiné, lié à la surchauffe du moteur du camion nous devançant, nous voici à Jiri.

View

Nous nous dirigeons vers le lodge Jirel Gabila tenu par les parents de Kalpana ; il faut contourner le chantier d'une maison en construction pour y accéder !
L'accueil est chaleureux et après un bon nepali chya, nous prenons possession de nos chambres.

Puis nous faisons avec joie la connaissance de Kalpana, qui vient de finir sa journée à l'école.
Elle nous emmène voir le stupa de Jiri, et nous montons les escaliers abrupts pour découvrir le grand bouddha doré qui surplombe le village. D'autres escaliers menaient à une gompa, trop endommagée par le tremblement de terre. Elle a été détruite et à sa place se dresse une charpente inachevée en béton, dont Kalpana ne sait pas avec certitude s'il s'agit bien d'un future nouveau monastère.

Après le diner dans le bâtiment en taule sis dans la cour qui sert de cuisine/salle à manger, nous goûtons, emmitouflés dans nos sacs de couchage et couvertures, un repos bien mérité !

 

Mercredi 7 février

Après le petit déjeuner, nous nous dirigeons vers l'école technique de Jiri, juste en contre bas du lodge.
Kalpana nous accueille à l'entrée du site de l'école et nous conduit vers le bâtiment blanc financé par AFPN.
Nous pénétrons dans une des 2 salles de classe où nous sommes rejointes par le directeur de l'école. On nous installe sur des chaises face aux pupitres des élèves qui affluent. Kalpana, avec l'aide d'une administrative de l'école et de quelques élèves, ouvre les cartons contenant les outils médicaux (mètre ruban, thermomètre, stéthoscope, et manomètre) et dispose les outils sur une grande table devant nous.

View

Lorsque l'ensemble de la promotion d'ANM est présente (il y aura encore quelques retardataires), Kalpana fait un discours d'introduction et de présentation et me demande de faire un petit discours qui sera bref (je parle d'AFPN et de ses objectifs), puis c'est le tour de Lucie qui parle de son projet Em'alaya, de ses motivations et de leurs actions ; Kalpana traduit au fur et à mesure en nepali pour faciliter la compréhension, certaines élèves ne maitrisant pas parfaitement l'anglais …
Enfin, c'est le directeur qui conclut les discours.

Après ces préliminaires, la distribution des kits médicaux, un pour chaque élève, peut commencer :
Kalpana assemble rapidement les 4 éléments constituant chaque kit, les tend à Lucie qui les remet tout sourire aux étudiantes.
Celles-ci se lèvent à tour de rôle, viennent vers la table, remercient puis regagnent leur place avec leur kit. L'ensemble de la distribution se déroule en présence du directeur et sous les applaudissements continus de l'auditoire.

ViewViewView

A l'issue de la distribution, Kalpana nous conduit avec les élèves boursières d'AFPN (ayant débuté la formation en août 2017) dans la 2e salle de classe, afin de permettre des échanges.

J'essaie d'amorcer la conversation. Les élèves sont un peu timides au début ; je les interroge une par une : leur âge (la majorité ont 16 ou 17 ans), d'où sont elles originaires (beaucoup de Jiri Bazar) etc …
Puis certaines se risquent au dialogue ; nous parlons des matières enseignées : anatomie, principes de la reproduction, nurse care (prise en charge infirmière ?), théorie des maladies simples (simple disease theory, SDT !), abc de la sage-femme (pas encore vraiment commencé) …
Elles n'ont pas encore abordé les travaux pratiques.

Les cours ont lieu de9h à 16h (avec pause déjeuner ; elles rentrent chez elles) 6j sur 7 ( repos le samedi).

Quand Kalpana revient, j'explique mon métier, parle des explorations qui sont faites en France en cas de souffrance du bébé lors de l'accouchement, en cas de prématurité importante ; je pose aussi des questions sur le suivi des grossesses à Jiri etc ...
Kalpana traduit en nepali !

Toutes les élèves paraissent très motivées !

Pour finir, c'est photo de groupe !

Ensuite Kalpana nous fait visiter les terrains de l'école en contre bas (notamment les champs qui sont cultivés par les élèves de la branche agriculture ; nous découvrons aussi avec surprise des théiers !).

Nous passons devant le chantier des nouveaux bâtiments financés par l'aide suisse, situés en contre bas des bâtiments financés par AFPN ; ils devraient accueillir des salles de classe d'ici 6 mois environ.

Puis nous remontons vers le bâtiment en tôle ondulée qui abrite les "practical rooms" ; il y a une salle plus "ancienne" et une salle plus "moderne" qui héberge les mannequins financés par AFPN.

View

Kalpana nous explique que lorsque les nouveaux bâtiments suisses seront achevés, les classes "théoriques" y auront lieu tandis que les "practical rooms" seront déménagées dans le bâtiment financé par AFPN.

La matinée s'achève dans le bureau du directeur ; Kalpana s'éclipse pour quelques temps !
L'entrevue est très formelle. Le directeur, très concerné par son école, remercie AFPN pour son aide et m'interroge sur le futur. Je l'assure de la continuité du financement des bourses par AFPN ; le directeur se déclare très satisfait, et insiste sur l'intérêt d'une éducation de bonne qualité pour le développement des communautés, dans lesquelles les élèves pourront par ailleurs exercer les talents acquis par ce biais.
Il nous parle aussi des autres branches de l'école (agriculture, génie civil) ; je précise qu'AFPN ne pouvait que soutenir la branche "santé" via la formation des ANM.

Puis l'ambiance se détend, le directeur nous explique qu'il vient de la région de Gorkha, Kalpana nous rejoint et le thé est servi !
Nous allons prendre notre lunch (pommes de terre sautées et œufs sur le plat) au lodge.

Lucie est abordée dans la rue principale de Jiri par des élèves ANM qui lui demandent d'être amies sur FB :-)

L'après midi, le beau frère de Kalpana nous guide au dessus de Jiri pour nous faire admirer 2 sanctuaires hindus situés autour de sources qui semblent jaillir de la falaise. La vue sur Jiri et sa vallée est belle malgré le gris du ciel !

Après la ballade, Phinjo, Lucie et moi nous dirigeons vers l'hôpital de Jiri.
Nous pénétrons dans le bâtiment qui accueille les urgences. Une jeune femme nous fait rapidement visiter les lieux.

L'unique salle d'opération est en cours de nettoyage. L'unique chirurgien est à même de faire des césariennes et d'opérer des appendicites. Quand il est absent, un des médecins serait formé à ce type de chirurgie.
Il y a une salle pour plâtrer et un service d'"ophtalmologie" ...

En cas d'urgence ne pouvant être traitée sur place, c'est l'ambulance (non médicalisée…) vers Kathmandu ...

Lucie et moi nous promenons encore dans la vallée puis c'est l'heure du dîner et des adieux à Kalpana et à sa famille …

 

jeudi 8février

Après un thé préparé par le frère de Kalpana, nous nous dirigeons à 5h30 dans le noir vers le bus qui partira à 6h.
Il transporte à plusieurs reprises des élèves qu'il dépose à proximité de leur école !

Quand le jour se lève, nous découvrons un magnifique panorama sur l'Himalaya, dont nous profiterons pendant de longues heures sous un ciel bleu immaculé.

Avant de descendre vers la vallée de la Sun Kosi, le chauffeur constate la crevaison du pneu avant droit.
Le changement de roue sera effectué prestement en un peu plus de 30 mn ...

Les arrêts pour prendre ou déposer des voyageurs sont nombreux.

Nous mettrons environ 11h pour rallier Kathmandu ...

 

Lucie et Véronique Newar